Infos

par PhilippeB

Pourquoi mettre en place une défense 3-2-1 :

Lorsque l’équipe adversaire a une base arrière dangereuse sur les tirs à 9 mètres. L’objectif est alors de faire reculer les arrières le plus loin possible et surtout de les empêcher de prendre de l’élan et de la vitesse.

Gêner la circulation de la balle et la récupérer

Les principes de la défense 3-2-1 :

La défense 3-2 -1 s’organise en 3 rideaux défensifs successifs qui forment un triangle dont les 2 « boss » sont les 2 numéros 3 (haut et bas).

Pour que cette défense fonctionne, il faut (comme dans tout type de défense, mais peut être un peu plus dans celle-ci) que tous les défenseurs connaissent leur rôle et les possibilités laissées aux attaquants pour attaquer.

Les principes de la défense 3-2-1

Le premier rideau défensif : le défenseur n°3 haut

C’est le défenseur n°3 haut qui à ce rôle de 1er défenseur (au sommet du triangle) et c’est lui, par les choix qu’il fait, qui va induire le placement de tous ses coéquipiers. Il donne l’amplitude, la profondeur de la défense.

Plus il sera haut, plus les arrières seront gênés pour tirer de loin.

En règle générale, il se situe à plus de 9 mètres et doit contrôler le Demi-Centre adverse. Il gène également les échanges entre les arrières et le Demi-Centre, empêche les croisés de la base arrière et redescend aider le 2e rideau quand il est situé « au-delà » du ballon

Il doit également savoir et avoir conscience qu’il est le premier attaquant en cas de récupération de la balle !

Le deuxième rideau : les défenseurs numéros 2

Ils se situent généralement aux 9 mètres. Leur rôle principal est d’empêcher les engagements des arrières et surtout de ne pas de faire passer en 1 contre 1.

Ils doivent également gêne les entrées d’ailiers dans leur dos entre entre le défenseur n°1.

Ils se positionnent également pour tenter de dissuader ou de récupérer les passes de l’arrière opposé. Enfin, en fonction de la position du n°3 haut, ils peuvent se retrouver à la « pointe » du triangle défensif.

Le 3e rideau : les défenseurs n°1 et n°3 bas

Les n°1 laissent les ailes relativement libres en resserrant davantage vers le secteur central car l’un de leur rôle le plus important est de couvrir le pivot en collaboration avec le 3 bas, surtout si celui-ci est situé vers les extérieurs.

Les joueur(se)s de ce 3e rideau ne doivent pas jouer (normalement) dans la profondeur… Ils couvrent les 6 mètres et ne montent éventuellement que pour corriger une erreur d’un des joueur(se) des 1ère ou 2ème ligne. Ainsi, les ailiers n’ont pas à essayer d’intercepter ou d’empêcher la passe entre les arrières et les ailiers.

Le défenseur 3 bas a pour rôle premier de défendre sur le pivot mais comme le 3 bas a une position privilégiée dans la défense car il peut voir tout le jeu, il doit forcément guider ses partenaires par les informations et ordres qu’il donne aux autres joueur(se)s.

Si le pivot va bloquer des joueur(se)s du 1er ou 2ème rideau, normalement le numéro 3 bas ne le suit pas et se « contente » d’en informer ses partenaires et de continuer à couvrir les 6 mètres.

Quelles qualités nécessaires pour les défenseurs ?

Il faut :

  • une excellente cohésion tactique entre les équipiers et le respect des rôles de chacun.
  • de très bon joueur(se)s de 1 contre 1, notamment pour  les 2 premiers rideaux
  • de bon joueur(se)s en lecture de jeu : savoir identifier les actions possibles des attaquants et les anticiper pour pouvoir se positionner au bon endroit, au bon moment et ce de façon coordonnée avec ses coéquipier(e)s.
  • une excellente condition physique

Les points forts de la défense 3-2-1 :

La « formation en triangle » renforce le secteur central donc rend difficile l’accès au but pour les tireurs de loin et « délaisse » à dessein les ailes pour excentrer au maximum les tirs (d’où la nécessité pour ce type de défense d’avoir un bon gardien sur les tirs d’ailiers)

Elle empêche les course des arrières qui ont alors du mal à prendre de l’élan et donc de la vitesse.

Le porteur de balle est systématiquement harcelé, neutralisé (normalement par 2 joueurs si l’entraide est bonne)

Ce type de défense est en activité constante et les joueur(se)s alternent sans cesse les tâches : ils neutralisent-harcèlent ; ils flottent-s’entraident ; ils se placent sur les trajectoires ou encore dissuadent ou interceptent.

Les points faibles de la défense 3-2-1 :

L’articulation entre les 3 lignes peut facilement être perturbée, notamment lors d’entrée de joueur(se)s en 2e pivot qui vont gêner les répartitions entre équipier(e)s

Si la première ligne se fait battre, il y aura un surnombre dans tous les secteurs de jeu

Cette défense demande énormément d’activité donc son efficacité est limitée dans le temps (Elle est très efficace pendant 20 secondes, plus fragile au-delà). Elle donc très consommatrice d’énergie

Mon avis :

Une défense très spectaculaire et efficace lorsqu’elle est parfaitement maîtrisée.

Même si elle demande une grande activité physique, il est intéressant de la mettre en place le plus tôt possible et le plus régulièrement possible (2 fois 5 minutes par match par exemple) pour permettre à tout(e)s les joueur(se)s d’apprendre à mesurer l’impact de leurs actions défensives sur le jeu d’attaque de l’adversaire et de développer leur compréhension du jeu.

 

 

Bibliographie :

Handball, « les conseils d’un entraineur à ses joueurs », Dominique Rivière, Vigot, 1989